Arthur Leroux a répondu à Capital Magazine et dresse un portrait inspirant d’Enogia.